Jean-Pierre Bemba in court
qui est Jean-Pierre Bemba Gombo

Par Wakabi Wairagala

Le Royaume-Uni a abrogé le visa de l’avocat inculpé de Jean-Pierre Bemba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, qui est détenu à la Cour pénale internationale (CPI) pour des accusations de subornation de témoins. Le visa devait expirer en août 2015.

Dans une lettre à la Cour du 22 octobre 2014, l’ambassade britannique située à La Haye avait indiqué que le Royaume-Uni avait « décidé d’abroger, avec effet immédiat, le visa à entrées multiples délivré à M. Jean-Jacques Mangenda Kabongo, en raison d’un changement de circonstances survenu depuis la délivrance de l’autorisation d’entrée ,ce qui avait éliminé le fondement de sa demande d’admission au Royaume-Uni ».

La lettre était une réponse à la notification de la Cour aux autorités britanniques de l’ordonnance des juges datant du 21 octobre accordant à l’avocat une mise en liberté provisoire sur le territoire du Royaume-Uni. M. Kabongo, 35 ans, citoyen de la République démocratique du Congo, a déclaré vouloir être libéré au Royaume-Uni, pays pour lequel il détenait un visa valide et où sa famille résidait.

Le mois dernier, le juge de première instance Cuno Tarfusser avait ordonné la mise en liberté de M. Kabongo et de trois de ses co-accusés alors qu’ils étaient en attente de savoir si l’affaire engagée à leur encontre sera classée ou portée devant la Cour.

Alors que les autres accusés ont été libérés, la CPI a déclaré que M. Kabongo sera toutefois mis en liberté dès que le greffe de la Cour aura finalisé les dispositions nécessaires. Le membre du parlement congolais Fidèle Babala-Wandu a été libéré dans son pays d’origine, le témoin de la défense Narcisse Arido en France et Aimé Kilolo Musamba, l’ancien avocat principal de l’équipe de défense de M. Bemba, en Belgique.

Le juge Tarfusser a considéré qu’un maintien de la détention des quatre suspects serait disproportionné par rapport aux peines encourues. Les quatre personnes et M. Bemba sont accusés de subornation de témoins afin d’apporter de faux témoignages dans son procès en cours pour crimes de guerre. Les crimes présumés sont passibles de cinq ans d’emprisonnement.

Les quatre personnes ont été arrêtées en novembre dernier et ont été transférées au centre de détention de la CPI à La Haye. On ne sait ni quand ni où M. Kabongo sera mis en liberté.

6 Commentaires
  1. Ce pays est un pays d’état de droit??? Que deviendra la famille de M. KABONGO dans ce cas précis? la Belgique, la france, RDC ou un autre pays pourraient-ils l’accueillir?

  2. Cette tactique a déjà été applique par la France Sarcosiste qui en son époque avait refusé de recevoir Mr. JPBemba sur son sol dite terre D’ASILE? La décision Anglaise et prise pour éviter que la force de défence de Mr. Bemba ne se reconstitue; sachat que ces les AGGLO-SAXONS qui ont programmés la BALKANISATION de la RDC! Si longue soit la nuit ; le jour finira toujours par apparaître. A bon entendeur; SALUT.

  3. Me permettez-vous de m’adresser via votre Site à la défense de Mr Bemba qui si j’ai bien compris doit faire sa plaidoirie demain ?

    En effet je viens de suivre une partie du réquisitoire de l’accusation suivi de celui des représentants des victimes; je ferai tout pour visionner le tout plus tard si il y’a possibilité de disposer d’un podcast…
    Je préfère vous indiquer de suite que je suis Congolais d’origine et peiné depuis le début, au delà de toute sympathie politique ou personnelle et sans que je le dédouane moralement et pénalement, du sort qui me semble trop abusif fait à Mr Bemba dans ce procès !
    Deux points à l’écoute du réquisitoire :

    1°Pas la moindre prise en compte du pourquoi et du comment de la présence des troupes de Bemba en Centrafrique sinon sur un mode allusif où l’argument est vite évacué d’autorité ! En effet quelle que soit l’argumentation juridique sortie des articles et des faits interprétés, qui peut raisonnablement admettre que l’accusation balaie aussi sentencieusement la réalité selon laquelle Bemba a répondu “légalement” sinon “généreusement” à un appel au secours d’un pouvoir “légal” en y envoyant son “armée” ? L’accusation proclame forte de sa toute-puissance d’organe officiel de justice internationale que les troupes de Bemba ont opéré dans un pays étranger en toute liberté sous ses ordres et aucun protagoniste local qui les y a invitées n’est appelé à la barre… Comment cette omission peut-elle être défendable sans qu’on l’assimile à un parti-pris non-juridique, politique ?
    C’est disais-je, un parti-pris abusif de ses pouvoirs en tant que Cour qui retire aux justiciables toute capacité à faire valoir leurs droits… Quelle réelle justice alors de la part d’une Cour de justice internationale qui prétend dire le droit mais en fait l’impose selon sa toute-puissance juridique, morale (et géo-politique ?) ???

    2° Une deuxième remarque !
    A raison tout le réquisitoire tire sa justification sur la pénalité des crimes inacceptables d’une milice barbare; la conscience humaine et les victimes ne peuvent qu’en réclamer justice et réparation et ici le bourreau tout trouvé c’est Bemba qui n’a pas pu ou pas voulu discipliner ses troupes; en démontrant au passage qu’il en avait la capacité parce qu’effectivement il dirigeait complètement ses troupes où qu’il se trouvait… Soit…
    Néanmoins sans l’excuser, l’accusation n’ignore pas l’agitation d’une guerre surtout celle-là en dehors des canaux “civilisés” et reconnait les tentatives infructueuses de la part de Bemba d’y mettre un peu d’ordre juridique et moral… Alors est-il plus juste de le sanctionner de façon absolue en en faisant un exemple, lui le gros poisson choisi exprès en face d’autres moins à la côte pour des raisons pas toujours avouables ou de contextualiser davantage notamment en évitant d’apparaître trop injuste à la solde des puissants et des vainqueurs ?
    C’est hélas en cela que ce procès (et d’autres) apparaît aux yeux d’une large frange du “Tiers Monde” comme d’abord politique, celui des puissants, des vainqueurs…

    Bref ici, on veut faire payer trop cher à Bemba une légèreté coupable que jadis son sentiment de toute-puissance en des temps d’agitation, de rébellion qui le voyait conquérir le Congo face à son régime fantoche d’alors et une reprise en main actuelle par une morale civilisatrice bienvenue mais hélas trop unilatérale…
    Sans chercher à minorer ses méfaits, dommage, je ne peux que regretter qu’il soit hélas tombé à un mauvais endroit et au mauvais moment…
    Mais les victimes centrafricaines ne mériteraient-elles pas davantage justice si on faisait qu’à l’occasion des crimes commis par la milice de Bemba qui ne sont hélas ni les premiers ni les derniers(sic) on en identifie toutes les responsabilités et on les sanctionne sans parti-pris politique ? Ce qui n’est pas le cas aujourd’dhui !
    Voilà ma pauvre remarque !

  4. JP bemba innocent, malgré la longueur de la nuit le soleil apparaîtra. JP bemba, président de la RDC 2016.
    Toutes les accusations mises à sa charge sont réputées fausses. Le monde entier en general,et en particulier la Belgique accueil jp bemba. Que Dieu vous bénisse .

  5. QUE,ALLAH BENISSE LE CONSEIL DE SECURITE DE L’ONU,CAR ILS ONT VITE COMPRIS,QUE LA MANIPULATION DE DEMONS DE LA JUSTICE,VEUT QUE IGWE N’ARRIVE PAS AU CONGO,MAIS,ALLAH-AKBAR POUR L’AMOUR DU CIEL ,QUE LE CONSEIL DE L’ONU ENVOI NOTRE LEADERS VIENT AU CONGO DE CONTINUER SON SERVICE POUR FINISH TOUT NOS PROBLEMES QUOTIDIEN AVEC L’APPUI D’UE-COMMINAUTE-INTER:-USA,BANQUE-MONDIAL CHAPEAUTTE PAR PHILLIP-ZOELLIK, QUE ALLAH TOUTES LA COMMINAUTE-INTER, SUIS-JE’,FIER D’EUX,MERCI ,VIVE-LE CONGO,VIVE-LE ROYAUME DE BELGIQUE,VIVE-OBAMA-F-HOLL,ET LA FRANCE EN PARTICULIER,LA GRANDE-BRET,VIVE LE CONSEIL DE SECURITY,J,AIME GOMBO LE CHAIRMAN-BAYIMOTO LE CONGO A BESOIN D’UN HOMME COMME TOI, QUI EST INTEGRES.

  6. Bonjour je suis un congolais d’origine j’etais en rca quand la guerre se enfflammée j’avais même perdu mon oncle maternel qui etait capitene et DG de l’ecole de la gandarmerie assassiné par le pro Ange Felix Patasse a l’epoque et sous ordre de Bozize François qui etait le chef d’eta-major et ses son les soldat centrafricains qui l’a tue et non le congolais que cette cours fait allusion.Donc l’arrestation de M Bemba est purement politique par le regime de kinshasa le vrai auteur de ce crime est Mr Bozeze François ex president dechu car les troupes congolais etait sous son contrôle et c’est lui qui commandait voci sa declaration en sango qui veut dire il faira expressement donc tout les race ngbandi doivent mourir .Alors où la part de responsabilite de Mr Bemba ?

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés et peuvent ne pas apparaître immédiatement.
Voir nos Conditions Générales d'Utilisation et Politique de confidentialité


Contact